Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 17:06
Une biographie de Jules BARBEY d'AUREVILLY
Par Michel PINEL


              Couverture du livre
undefined      Mon vieil ami, l'écrivain normand de Lessay, Michel PINEL vient de publier une excellente et originale biographie de Jules Amédée BARBEY d'AUREVILLY... (éditions Eurocibles*.)

 La richesse de ce travail tient au fait que l'auteur a passé trois années à compulser tous les documents qu'il a pu trouver & photographier au musée de St Sauveur Le Vicomte. La conception et la mise en page ont été intégralement réalisés par l'écrivain lui-même sous Quark XPress.

Je ne connais pas de biographie de Barbey qui soit aussi complète que celle-ci et surtout aussi richement illustrée. Le nombre de photographies, de lettres et de documents divers y est résolument impressionnant puisqu'il est de l'ordre de de 600...

Mais par ailleurs, le contenu en informations, rédigé par l'historien local, est lui aussi très riche et parfaitement organisé.

Ainsi, on trouvera
- Éléments biographiques incontournables, de la page 7 à la page 64.
- Barbey en son temps, vu par ses contemporains et à côté des autres écrivains de l'époque, de la page 65 à la page 94.
- Barbey et ses amis, de la page 95 à la page 130.
- Barbey et les femmes, de la page 131 à 158.
- Les oeuvres du connétable et les illustrateurs, page 159 à 206.
- Des traces d'événements dédiés au souvenir de Jules Barbey d'Aurevilly page 207 à 236.

Au total, un parcours biographique exceptionnel afin de bien faire la connaissance du personnage Barbey d'Aurevilly qui fut
à la fois scandaleux, talentueux, original, complexe, à multiples facettes et dont la vie et les romans ne  peuvent en aucun cas s'analyser à la sauvette.

Ce remarquable ouvrage de Michel PINEL nous aide à cheminer dans les labyrinthes de la pensée aurevillienne, grâce à une documentation iconographique (inédite à ce niveau de densité, et présentée dans une harmonie vraiment ordonnée), avec une rigueur et une élégance assez rares de nos jours.

* (Éditions du patrimoine Normand ; Eurocibles février 2008.
    EUROCIBLES 1,Centre du Clos l'Évêque BP3 50570 MARIGNY.)

undefined
     L'ensorcelée L’abbé de la Croix-Jugan, après une tentative de suicide ratée qui laissera des traces indélébiles sur son visage, revient à Blanchelande, l’abbaye où il a suivi sa formation de prêtre. Ce retour va créer un véritable chambardement dans ce petit village paisible de Normandie et notamment dans la vie de Jeanne Le Hardouey,
« ensorcelée » par ce prêtre monstrueux.
 Le roman le plus extraordinaire de
Barbey d'Aurevilly sans doute. Mais on n'a que l'embarras du choix avec Barbey...

undefined
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin le zététicien des Mèmes - dans Philosophie - littérature et poésie
commenter cet article

commentaires

grain de sel 25/02/2008 16:16

Tout ce qui peut éclairer l'âme de barbey d'Aurevilly est interessant : il conserve des lecteurs qui apprécient son regard aigu et ses positions non conformes. Difficile de rester insensible à ses personnages hantés par le souffle de l'Histoire.Je conserve un excellent souvenir des diaboliques et surtout du rideau cramoisi que j'ai  lu et vu en filmhttp://grain-de-sel.cultureforum.net/auteurs-francais-et-d-expression-francaise-f3/barbey-d-aurevilly-1808-1889-t2247.htm?highlight=barbey8FZ

Valentine :0056: 23/02/2008 23:12

C'est un individu bien mystérieux pour moi que ce "Barbey", avec des airs romantiques qui me font l'identifier irrépressiblement au "barbet" (décidément, ces petits chiens !!) venu se fourrer dans les pattes de Faust, au début du drame traduit par Gérard de Nerval... un peu sulfureux, quoi...!Jolie comme tout, cette aquarelle.

Merlin le zététicien des Mèmes 24/02/2008 10:50

Mystérieux, c'est bien le mot ! Un véritable labyrinthe de la pensée du XIXème. Ni barbet, ni barbot, ni barbon, le Connétable de Normandie était plutôt une sorte de Cerbère de la littérature à têtes multiples, qui aboyait volontiers dans ses critiques acerbes. Mais Jules Amédée était aussi un éternel veuf, un ténébreux, un inconsolable qui se disait volontiers laid et misérable mais qui n'en pensait pas un mot et se comportait souvent comme un certain Salvador DALI. Bref, un rien psychédélique avant l'heure et parfois un peu "flambeur". Mais quel talent littéraire !Cette "aquarelle" comme tu le dis n'est qu'une photo prise dans mon grand jardin avec les coquelicots comme premier plan, le mur en second puis le toit de ma maison au bout duquel s'élève le clocher de l'église, comme si j'étais ce "prêtre marié" de Barbey dont l'intrigue se déroule à Taillepied, patrie de mes ancêtres paternels. J'ai retravaillé un peu la photo avec Photoshop et ça donne cet effet d'aquarelle en effet. Mais je ne peins plus depuis environ 48 ans ! (Sauf une fois où j'ai pastiché Gauguin, il y a un peu plus de 10 ans...)

Viviane 23/02/2008 09:46

On devine que ce livre t'a littéralement passionné, tenu en haleine, conquis.Et je viens de me le commander tant ta finesse de lecteur m'a touchée;De Barbey je n'ai lu que les Diaboliques, j'avais été soufflée apr le climat de ces nouvelles  en y retrouvant souvent la beauté d'écriture et la finesse analytique  de Stendhal, autre auteur aimé. Quand je regarde le dessin de couverture de ce livre, cela me fait immédiatement penser à un homme d'une intransigeance rare, d'une acuité dans le regard porté sur l'humanité, quelque chose de Mauriac sans doute?De qui est cette belle illustration qui donne envie de  rentrer dans cette personnalité déroutante?mille merci en tous cas de ton billet qui ouvre une porte sur le scandale érigé en oeuvre d'art;

Merlin le zététicien des Mèmes 23/02/2008 20:39

L'illustrateur est Claude Yvetot. Sans doute un parent ? par mon arrière arrière grand-mère Euphrosine Yvetot née en 1832, dont je t'ai montré la photo. (°!*)Voilà plus de 50 ans que je lis Barbey d'Aurevilly et un peu plus de 50 ans aussi que je suis ami avec Michel PINEL. C'est donc une vieille complicité qui nous réunit autour du dandy de Saint Sauveur le Vicomte.Quand tu dis que dans Barbey, il y a du Stendhal, c'est vrai. Mais il y a aussi du Flaubert et du Maupassant. Je crois que l'acuité de son regard est plus proche de celle d'Hugo en fait, bien qu'il ait décrié l'auteur prolixe des Misérables au même titre que Flaubert (sauf pour Mme Bovary). Maurois est beaucoup plus 'observateur non impliqué' me semble t-il ? Mais c'est sans doute son côté un rien Anglais. (°!*)Si tu acquiers "Barbey d'Aurevilly le scandaleux", tu verras en le feuilletant, en le lisant, en le compulsant au hasard, puis méthodiquement, que c'est une biographie vivante extrêmement éclectique et approfondie et au fond presque un reportage dans le vécu du Connétable de Normandie.Mais lis "l'Ensorcelée", tu y retrouveras mes ancêtres de Rauville la Place, les Le Hadouey, avec Jeanne l'ensorcelée.