Dimanche 22 juin 2008 7 22 /06 /Juin /2008 15:21
Une nouvelle terminologie : le tème

"Si nous retenons l’approche proposée par Susan Blackmore, celle des "tèmes" , nous ferions de ces technologies des réplicants autonomes, venant en compétition avec les gènes et les mèmes. Comme ces réplicants paraissent doués de beaucoup plus de pouvoirs (technologiques) que les gènes et les mèmes, ils pourraient en se multipliant éliminer la vie et en tous cas l’homme de la Terre. En contrepartie, ils pourraient peut-être entreprendre la conquête d’autres planètes. Nous pensons pour notre part que ces considérations relèvent – au moins à ce jour – de la science fiction.

Dans l'approche moins simplificatrice que nous avions proposée dans les articles précédents, nous suggérions le terme de systèmes bioanthropotechniques*. Le mot est affreux, convenons-en. Mais il montre bien le côté composite des réplicants technologiques, comme "le monde de l'automobile" ou celui "des armes à feu". Il y a en eux du biologique (nos gènes nous conduisant à nous regrouper, à nous approprier des objets, etc.), de l'anthropologique culturel (les cultures qui nous poussent à construire tels types de société, d'outils et d'usages) et du technologique (les techniques qui se développent selon des lois propres où l'humain intervient peu).

Parler d'une troisième catégorie de réplicants, les tèmes, comme le fait Blackmore, présuppose que, dès maintenant ou très vite, ces entités prendront leur autonomie réplicative et entreront en conflit darwinien avec les gènes et les mèmes, c’est-à-dire avec nous. La perspective, on le sait, a déjà été envisagée à propos des robots. Or, ceux de nos lecteurs bien informés des progrès de la robotique autonome savent que, pour le moment encore, l’ère de robots s’émancipant des hommes et les combattant avec succès n’apparaît pas proche."
                                      (Jean-Paul BAQUIAST)

* Systèmes bioanthropotechniques ? Non, le mot n'est pas si affreux Jean-Paul : il est au contraire extrêmement bien formé, contrairement à "ère du zootechnocène" dont je ne comprends bien ni le "zoo" ni le "cène" car le monde animal n'a jamais développé de technologies, juste des stratégies adaptatives de nature innée et transmises par le génome (génétiques pour tout dire) et le suffixe "cène" s'il prend ses racines il y a 1,5 million ou 2 millions d'années n'est pas tout à fait approprié. S'agissant des découvertes utiles à Homo sapiens par contre (quelques dizaines de milliers d'années) cela pourrait se concevoir...



Susan Blackmore présente les concurrents des gènes et des mèmes,
parfois avec beaucoup d'humour.

Par Merlin le zététicien des Mèmes - Publié dans : Pour une refondation de la mémétique
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés