Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 18:18
Avant toute chose, il convient de préciser ce qu'est la reproduction chez les êtres vivants. Je prendrai la définition dans l'encyclobio et quelques précisions dans Agora Vox.



 

REPRODUCTION lexique biologie : dictionnaire
lexique biologie : dictionnaire lexique biologie : dictionnaire lexique biologie : dictionnaire
lexique biologie : dictionnaire lexique biologie : dictionnaire lexique biologie : dictionnaire
lexique biologie : dictionnaire Processus par lequel les êtres vivants transmettent leurs gènes en donnant naissance à une autre génération d’êtres vivants.  
lexique biologie : dictionnaire    
lexique biologie : dictionnaire lexique biologie : dictionnaire lexique biologie : dictionnaire
lexique biologie : dictionnaire    
lexique biologie : dictionnaire Au cœur de la vie, se trouve l’ ADN et son cortège de gènes . C’est par le processus de la reproduction que les êtres vivants transmettent leurs gènes, en donnant naissance à une autre génération d’êtres vivants. Il existe essentiellement deux types de reproductions : la reproduction asexuée, sans sexe, et la reproduction sexuée.  
lexique biologie : dictionnaire  



Il y a près de 4 milliards d’années, les premiers êtres vivants utilisaient un mode de reproduction asexuée : le clonage . Depuis quelques centaines de millions d’années à peine, le sexe est apparu. C’est alors par la fécondation d’un mâle et d’une femelle, qu’une nouvelle génération naît, possédant pour moitié les caractéristiques génétiques de la mère et pour moitié celles du père. Parfois, une femelle seule peut se reproduire par parthénogenèse . Pour autant, la reproduction sexuée n’a pas remplacé le clonage, et aujourd’hui encore, on trouve de tout dans la nature : des bactéries ne se reproduisant que par clonage, des mammifères ne se reproduisant que par voie sexuée, et des êtres comme les pucerons des céréales qui utilisent tantôt le clonage, tantôt la voie sexuée.
 
lexicon biology : glossary  
Caractéristiques de la reproduction dans le monde vivant

On peut donc admettre que les êtres vivants se re-produisent à l'identique par des moyens qui ont varié au cours de l'évolution et qui, pour l'essentiel, concernant les primates que nous sommes, nous les Homo sapiens, est une reproduction sexuée qui a pour objet de faire des êtres semblables à leurs géniteurs. Qui dit reproduction sexuée dit partage/distribution de chromosomes (23 provenant du parent femelle & 23 provenant du parent mâle). Les gènes contenus dans les chromosomes sont les mêmes dans des proportions qui sont surprenantes. Certains chercheurs parlent de 99,9 % de similitude, d'autres annoncent 99,5 %. Quoi qu'il en soit la reproduction sexuée des Homo sapiens maintient de puis des dizaines de milliers d'années les caractéristiques d'un génome qui ne varie que très très peu.


Cela signifie que d'un individu à un autre, dans notre espèce Homo sapiens , seule une petite proportion de ces 12 % marque des différences. C'est l'objet des recherches qui sont effectuées à propos de l'empreinte ADN. Cela signifie que les génomes humains qui se répliquent depuis sans doute 100 000 ans sont identiques et que les variations qui se produisent nécessairement sont invisibles ou insignifiantes.
D'autre part, dans une situation démographique comme celle que nous connaissons (6, 7 ou 8 milliards d'individus), il paraît peu vraisemblable qu'une mutation d'importance puisse se montrer un jour dominante en dehors d'un cataclysme planétaire (nucléaire ou naturel) qui rendrait cette mutation viable et durable. (Par exemple meilleure résistance à des froids sibériens ou à des radiations nocives...)
Le génome humain est donc très homogène et stable depuis des dizaines de milliers d'années, ce qui n'hypothèque en rien l'avenir et les perspectives d'une évolution sur des périodes beaucoup plus longues, de l'ordre du million d'années par exemple...

Un peu de sémantique autour du mot "réplicateur" :

Je suis sans doute un puriste de la langue française mais je suis attaché à la bonne formation de ses mots. Or réplicateur, si ce mot veut dire comme je le vois dans Wikipédia, entité capable de se reproduire à l'identique, ça ne marche pas car une règle implicite des mots formés avec le suffixe "ateur" (comme duplicateur) signifie que l'objet en question est une machine qui effectue une action. Ce suffixe nominal indique clairement que l'on a à faire à l'agent d'une action et non pas au résultat de l'action. Le duplicateur ne se réplique pas lui-même, le photocopieur ne se photographie pas lui-même etc...
Je serais tenté de dire qu'un réplicateur est une machine ou une machinerie qui a pour fonction de faire en sorte de répliquer des "objets" (au sens large du mot objet bien entendu.) Ici, s'agissant des mèmes, on pourrait dire que le réplicateur (la machinerie à répliquer) est l'ensembles des neurones miroirs pour l'essentiel, compte-tenu d'un milieu naturel donné et d'une situation sociale et humaine donnée.
Il est pour moi de la plus grande importance de distinguer le réplicateur (auteur de l'action) du répliqué (bénéficiaire de l'action...). Jean-Paul BAQUIAST utilise, lui, pour le mème le terme de réplicant qui est beaucoup plus juste. C'est celui que j'adopterai...

Alors, essayons de voir ce qui est répliqué lors de la reproduction des Homo sapiens :

Le génome — c'est à dire les 30 000 gènes environ que contiennent les 23 + 23 chromosomes des antécédents (parents) —  se re-produit  ce qui sous-entend que les packs associés de gènes se perpétuent sur des quantités de générations, avec leurs connivences et leurs associations, les cellules se reproduisent à l'identique et avec leurs potentialités de morphogénèse à partir des cellules souches. Il y a donc bien copie de ce qui préexistait, copie à l'identique avec les infimes variations propres aux ethnies d'origine et aux particularités propres à chaque empreinte génétiqu individuelle. (Entre 99,5 et 99,9 % de similitudes...) Les seuls cas dommageables sont des anomalies qui se répètent soit par association de 2 allèles (maladies génétiques suivant le chromosome concerné et les gènes défectueux associés) soit en restant à l'état latent mais toujours susceptible de s'exprimer.

Dans sa théorie du gène égoïste, Richard DAWKINS fait exactement comme si le gène était l'unité de réplication par excellence, le réplicateur. En fait, je l'avais signalé à Sylvain dans un courrier perso, DAWKINS est là dans une perspective de didactisation qui peut induire de fausses idées chez ses lecteurs. Il le reconnaît lui-même dans "Pour en finir avec Dieu", page 208 :

"Par souci didactique, j'ai fait comme si les gènes étaient des unités séparées, agissant indépendamment. Mais, bien sûr, ils n'agissent pas indépendamment les uns des autres, ce qui se voit de deux façons. D'une part les gènes sont disposés en ligne sur les chromosomes, et donc ils ont des tendances à voyager au fil des générations en compagnie des autres gènes particuliers qui occupent les locus chromosomiques voisins."

Je suis donc pleinement rassuré de savoir que les cartels ou packs de gènes coopèrent, ce qui leur permet d'émerger, et DAWKINS ajoute que cette pratique s'apparente davantage au libéralisme (libre marché dit-il) qu'à l'économie planifiée. Cette dernière remarque est sans doute un peu moins rassurante...

Pour répondre à un intervenant du forum de la SFM, Jean-Michel ABRASSART, qui demandait 
"Enfin bon, ma question est: comment percevez-vous la théorie du gêne égoïste de Dawkins? Fait-elle consensus? Ou pas? J'aurais tendance moi-même à dire non..."
En fait, je ne crois rien de cette hyperbole à visée purement didactique. Ainsi que l'explique DAWKINS lui-même un peu plus haut... Je pense que des associations (assemblées collaborant) se sont constituées par le plus pur des hasards lors du fonctionnement très planifié de cette machinerie de la reproduction des êtres vivants avec leurs spécificités bien définies pour chaque espèce si l'on excepte quelques variations entre reproduction sexuée et parthénogénèse chez quelques insectes.

http://www.pasteur.fr/recherche/unites/REG/resume_fr.html
L’objet de la génomique est de comprendre l’organisation fonctionnelle des gènes au sein des chromosomes et comment cela concourt à produire le phénomène de la vie.

Je considère donc pour ma part que le réplicateur est cette machinerie biologique qui a évolué depuis quelques milliards d'années pour se stabiliser dans un mode de reproduction sexuée qui évite entre autres les copies trop nombreuses de gènes défectueux. La sagesse populaire sait d'expérience que la consanguinité est source de maladies endémiques et le tabou quasi général de l'inceste est là pour en témoigner.
Le réplicateur qui recopie à l'identique les gènes dans les différents éléments biologiques qui les contiennent est le système reproducteur humain.


L'embryon et le foetus

Dans les 4 items ci-dessus on trouve l'essentiel du réplicateur de la vie : le génome humain se transmet infailliblement avec les caractéristiques, la nature et la localisation des mêmes gènes sur les mêmes chromosomes, dans des cellules identiques à toutes celles qui existaient déjà sous notre ancêtre appelé homme de Cromagnon. La plupart des changements qui ont eu lieu depuis 3 milliards d'années l'ont été par l'effet de mutations importantes. Certes on peut assister à une Évolution dans l'arborescence phylogénétique, mais cela se produit sur des périodes extraordinairement longues. Certes c'est le sens d'une sélection naturelle des gènes les mieux adaptés aux conditions de milieu de chaque époque concernée mais déterminer le gène égoïste comme seul critère de cette évolution longue et sélective me paraît excessif et pour tout dire un rien caricatural.


Quelle variété phénoménale au regard de la stabilité des réplications de nos gènes à nous les Homo sapiens dans la brève période de l'anthropocène ! Au fait, nous sommes bien des cordés, vertébrés ? Waouh !

La prochaine fois, je parlerai de la mémétique qui préoccupe les adhérents de la SFM (Société Francophone de Mémétique...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin le zététicien des Mèmes - dans Mémétique appliquée
commenter cet article

commentaires

Viviane 31/10/2008 19:11

Hier très tardivement, j'ai un peu lu les soi disant déboires de ces financiers véreux qui sont à l'origine de la crise, avec une grande nausée. Et ce matin, lisant ton article, j'ai réalisé que la suele vraie richesse, c'est la transmission de la connaissance et des savoirs. Je n'ai pas fait d'études scientifiques mais ton article est d'une clarté exemplaire pour la néophyte que je suis. Et il excitema curiosité, ce qui est( signe d'une bonne pédagogie.En particulier, une question me tarabuste: tu nous parles de Entre 99,5 et 99,9 % de similitudes... , où disparait la petite différence? est -ce elle qui fait du nouvel individu un être singulier? Et en dépit de l'accumulation au cours des siècles de cette infime différence nous sommes semblables à notre lointain ancêtre... Tu parles de coopération. J'aimerais que cette partie là soit développée car elle m'ouvre des horizons: les gênes ont ils une intelligence? je pose des questions naïves excuse m'en.

Merlin le zététicien des Mèmes 02/11/2008 09:40


La petite différence ne "disparaît" pas. Elle est même parfois visible. Regarde par exemple tout ce que l'on dit à propos de Barrack OBAMA, qu'il sera le
premier président noir des USA etc... Or il a une mère blanche de peau et un père Kényan, donc un peu noir et qu'est-ce qu'on retient ? Ce que l'on veut ! Non, du point de vue de son génome, il a
99,9 % de similitudes avec sa maman et de même avec son papa, même s'il a "repris" 23 des chromosomes de l'une et 23 de l'autre. Certains disent aussi 50 % noir, 50 % blanc. C'est aussi faux. OBAMA
est un Homo sapiens métis certes mais Homo sapiens avant tout. Chaque individu humain est unique avec son empreinte génétique unique (à part s'il avait un frère jumeau univitellin) mais nous avons
TOUS le même génôme, celui de l'espèce qui est la nôtre et constituée ainsi sans doute depuis 200 000 ans. Les petites variations ne sont que des "coquetteries" des nucléotides pour se présenter
autrement. (12 % en gros c'est toujours le même jeu de cartes mais elles se présentent différemment après avoir été battues et redistribuées) mais dans ces 12 % d'arrangements concoctés par le
hasard qui sert le Chaos, il n'y a rien ou presque rien d'original, ce qui explique le 99,9 %)
La coopération, les pools de gènes ou associations c'est très important car cela permet l'émergence de fonctions complexes. Je t'ai parlé de FOXP2 qui a une importance considérable dans la fonction
du langage. Eh bien, il ne court pas seul dans le "stade olympique des gènes". Il est associé à d'autres comme le font les malfrats dans des gangs. ;o)) Intelligence ou volonté des gènes ? Pas
d'anthropomorphisme ! Les gènes ne sont que des morceaux d'ADN : ils se plient aux règles du Chaos, comme toute la matière qui nous constitue. Le problème c'est que toutes ces briques finissent par
construire une machine biologique qui pense et c'est cela qui est fantastique. C'est un photocopieur fabuleux, qui fait des répliques très fidèles du modèle humain. D'ailleurs la moindre erreur
lorsque la machinerie se grippe ou s'enraye, c'est T 21 ou des maladies génétiques très invalidantes comme la mucoviscidose.
Ne t'excuse pas de tes questions "naïves". Les enfants et les savants sont les seuls à pouvoir se poser les bonnes questions ainsi. Pourquoi ? Pourquoi ? Comment ? Où ?
Merci de ton comment t'erre Viviane. (Je n'ai tjrs pas accès au premier ; je vais m'arranger...)


Viviane 22/10/2008 08:55

En fait, les bactéries, se reproduisant à l'identique connaissaient une sorte d'éternité. Aurions nous appris, grâce à la merveilleuse inventivité de la reproduction sexuée... la mort tout simplement?...J'ai hâte de découvrir la suite de cette histoire naturelle et de mystères.

Merlin le zététicien des Mèmes 02/11/2008 09:48


Le clonage ou la scissiparité auraient été, ont été une solution. Mais l'Évolution a sélectionné un mode de reproduction sexuée sans doute pour qu'on se fasse
au moins plaisir (Laborit le laisse entendre pas ainsi mais au final...) Non, c'est sans doute un gage de variété qui empêche qu'un couac se reproduise un trop grand nombre de fois. Imagine qu'il
n'y ait QUE des George BUSH ou des Nicolas SARKOZY sur terre et qu'ils se clonent à l'infini : ce serait un horreur il faut bien en convenir. Oui, la mort est un salut car dans la mort, il y a
cette idée incontournable de début et de fin, donc de cycle. Il y a donc réellement RENOUVELLEMENT. Quand je vois ça dans les yeux de ma petite Gigi, je me dis que les mécanismes de l'Évolution et
les cycles de vie sont une pure merveille parmi les inventions de la Nature et si le Chaos prend son temps, c'est parce qu'aucune précipitation n'aurait pu faire ce travail qui dure depuyis 4
milliards d'années.