Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 15:04

Petit traité de la décroissance sereine

(Sur le blog de Viviane)


En écho à cet article sur la décroissance, je voulais dire que la décroissance raisonnable ne peut être contestée par personne. Seule la croissance est une utopie.
Voir le bon article de Wikipédia sur ce sujet
:


Et cette vidéo pas trop longue de Serge LATOUCHE :


Serge Latouche - La Décroissance
envoyé par planetendanger

Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin le zététicien des Mèmes - dans L'intelligence collective
commenter cet article

commentaires

aimela 05/02/2009 11:49

Sujet très intéressant même si je ne comprends pas tout le sujet . Que fera t-on dans cette économie pour ceux et celles qui comme moi allons dans les hards discounts car par ailleurs c'est bien trop cher . On sait que dans ces magasins les fruits et légumes ne viennent pas pas du  fermier d'à côté mais souvent  de loin . Bon  quoiqu'on fasse  les pauvres sont toujours perdants , c'est comme ça , faut faire avec. Je dois encore dire des bêtises , comme d'habitude ( rires) . Amitiés Merlin  

Merlin le zététicien des Mèmes 10/02/2009 12:44



Dans une économie de décroissance Aimela, ce sont les "gros bonnets" qui perdront des plumes, pas les petites gens comme nous. Nous avons tout à gagner si
tout le monde se met à rejeter le gaspillage.
Les low cost shops, les Lidl et autres marchés hard discount sont tenus par des actionnaires d'un capitalisme qui cherche à "marger" partout. Certes, c'est
moins cher, mais ils rognent surtout sur les charges en personnel et sur les services. Ne sois pas inquiète : nous gagnerons tous dans un système de décroissance raisonnable quand on aura réussi
à mettre en valeur l'indispensable en expurgeant tout le superflu et le superfétatoire exagérément coûteux, rien qu'en emballages et publicités dispendieuses et tapageuses.
Je ne crois pas que les pauvres seront toujours perdants. J'espère plutôt qu'ils seront moins dans le besoin et dans la précarité si le Monde entier cesse de
se goinfrer à leurs dépens.
Amitiés Martine.



Viviane 04/02/2009 18:10

Et voilà... je suis complètement d'accord. Re territorialiser.Comment peut-on avoir envie à l'ère d'internet d'aller aux frais des générations futures se bronzer à des milliers de kilomètres, acheter des tomates en hiver etc.Il est vrai que nous vivons dans un petit village, que juste en face de chez moi se trouve un maraicher pépiniériste, que je n'ai que deux aps à faire pour trouver un boulanger qui fait lui même son pain  ou un boucher etc.Mais apr exemple chez nous, la cuisine donnée aux enfants à la cantine a des années durant été fabriquée sur place avec des produits achetés à des producteurs locaux. jusqu'à ce que des directives européennes viennent fiche tout cela en l'air, comme elles ont fichu en l'air le même mode de cuisine sur la maison de retraite locale ==> les enfants comme les personnes agées mangent désormais de la ... industrielle mais sous cellophane avec couverts jetables etc!!On marche sur la tête;J'aime bien le terme a-croissance, en comparaison de l'athéisme. Mais qui osera un jour mettre cela dans son programme électoral? Même les verts n'en sont pas capables.

Merlin le zététicien des Mèmes 05/02/2009 11:02



Oui Viviane, dans nos campagnes subsistent ces idées raisonnables de produits de terroir de qualité sans faire le tour du monde pour aller les chercher. Mais,
comme pour tout, les villes tentaculaires et leurs consommateurs en cages (à lapins) pervertissent ces pratiques anciennes et les rendent inopérantes et minoritaires pour ne pas dire
minables.
Mettre l'a-croissance dans un programme politique ? Mais c'est se condamner puisque le véritable pouvoir (ÉCONOMIQUE) fera tout pour barrer la route à de tels
illuminés qui oseraient réduire leurs bénéfices ou leurs dividendes.
Bien sûr qu'il faut re-territorialiser et pour commencer, qu'on réunisse enfin les deux Normandies : un terroir historiquement cohérent et riche en variétés
d'élevage (chevaux de travail, de selle et de course, vaches laitières mixtes, agneaux de pré-salé, vergers de pommes) et de cultures anciennes comme celle du blé remplacé indûment par le maïs,
grand consommateur d'eau, de maraichages de qualité dans les terres sablonneuses comme la mienne... Mais aussi riche de sa culture, de sa littérature et de la tradition de ses côtes magnifiques,
terres de tourisme décriées par les amateurs de rôtisserie au soleil.
On marche sur la tête ! Non, je ne suis pas un agent exfiltré du tourism' office. Je suis réaliste tout
simplement.



L .Comeau-Montasse 04/02/2009 17:48

merci Jean Pierre voilà qui complête parfaitement l'excellent article de Viviane

Merlin le zététicien des Mèmes 05/02/2009 10:46



Oui, j'ai voulu présenter la figure de cet universitaire raisonnable car si l'on entend parler de lui de temps à autre, son visage est beaucoup moins connu
que celui de BHL (pour ne prendre que cet exemple) alors que l'homme qui se cache derrière est cent fois plus utile à la Planète Bleue et à ses différents occupants que celui d'iceluy qui s'agite
sur tous les plateaux de télévision en essayant de faire croire qu'il est indispensable.
J'aime beaucoup le raisonnement global de Serge LATOUCHE : faire croître la qualité en prônant une a-croissance. Et puis, il faudrait repenser aussi cette
folie de croissance démographique qui est fondée (lorsqu'on l'encourage) sur cette idée que plus il y aura d'habitants sur notre géoïde, plus les marchands gagneront de l'argent, toujours
plus.
Je suis moi aussi pour une re-territorialisation durable et équilibrée. Pas jusqu'à l'autarcie totale mais avec des dominantes logiques et
écologiques.