Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 17:37
Il est des amours parfaites, indispensables et indiscutables.
Certes, la beauté est un puissant aimant, mais l'amour le plus profond n'est-il pas celui qui est inspiré par la reconnaissance ?



Je t'aime pour tes rondeurs et ton galbe parfait

J'apprécie Ô combien tes formes généreuses
J'adore ton accueil et ta chaleur aimables


Je t'aime pour tu ce que tu m'offres
Je raffole de tes dons variés et si indispensables
Je te vénère pour ta fidélité et ta constance


Je t'aime quand tu valses autour de lui dans ta robe bleue
Je suis heureux de te savoir toujours dans cette course folle
Je goûte les plaisirs de ta ronde insensée


Je t'aime quand tu grondes et te mets en colère
Je m'enflamme avec toi quand tu trembles d'effroi
J'attends bien patiemment que ton courroux s'apaise


Je t'aime quand tu souffles le vent et que je récolte la tempête
J'admire le rouge orangé de ton justaucorps
Et la turquoise de ton tutu quand tu danses
Je m'affole dès que tu souffres ou que tu prends un coup de froid


Je t'aime quand tu nourris ta famille nombreuse
Je pleure et j'enrage quand je vois qu'on t'exploite
Je bondis quand je m'aperçois qu'on te vole... ton or noir


Je t'aime tant Ô ma Planète Bleue
Dont certains ont entrepris le viol et le saccage.

Je t'aime, terre-océane de mes ancêtres
Je voudrais tant que mes petits-enfants
Puissent te trouver plus tard aussi belle qu'avant
Tu es notre vaisseau spatial commun dans l'univers fractal.


                   L'image « http://idata.over-blog.com/0/00/65/29/bluemarble.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
             La Planète Bleue et l'Afrique terre de tous nos ancêtres

Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin le zététicien des Mèmes - dans Philosophie - littérature et poésie
commenter cet article

commentaires

Viviane 15/10/2007 10:18

Que j'aime ce poème et qu'il me fait plaisir de le retrouver ici mêmesi les gens savaient comme la terre est petite et fragileils en surveilleraient mieux les maux qu'ils lui infligentet les mots qu'ils infligent aux autreston poème est très beau, Jean Pierreet tu as bien fait de tout ranger ici même.bisous

Merlin le zététicien des MÚmes 15/10/2007 11:57

Oh, je mets tout ici parce que je suis un peu obligé à cette "migration". Le blog du petit goublin va servir à autre chose et Jean-Luc RENOUIL va fermer définitivement Fulgures.com à la fin du mois. Je vais donc rapatrier tout ça (je verrai aussi sur la Plume & l'encrier) au plus vite.Oui, les gens qui défigurent notre vaisseau spatial commun sont des gougnafiers de première classe !Ce qui me frappe le plus, en dehors du manque de respect pour la nature, c'est cette tendance à vouloir culpabiliser les autres, systématiquement.

le bateleur 14/10/2007 23:53

Un poème d'espoirau moment où le Grenelle tarde à porter ses fruitsespéront que tu porteras ainsi un vent qui éloignera la tempête menaçante J'aime bien aussi notre caillou bleu.

Merlin le zététicien des MÚmes 15/10/2007 11:24

Je ne sais pas si c'est un poème. Je dirais plutôt des stances irrégulières, mais bon...Je ne partage pas le point de vue d'Al Gore et de tous ces écolos qui rendent les hommes (avec leurs activités industrielles ) strictement responsables de ce réchauffement climatique dont on a du mal d'ailleurs à percevoir les effets... réchauffants. ;o))Mais je suis un partisan irréductible de l'économie économe  et du partage des ressources car nous les empruntons à nos descendants. Ce n'est pas le "réchauffement" qui justifie cette attitude prévoyante, écologiste et économe chez moi (attitude que j'ai enseignée et transmise à mes enfants et à tous mes élèves), le réchauffement est en effet le résultat de cycles climatiques qui se moquent bien de l'activité des fourmis humaines. Mais même les fourmis se doivent de respecter leur biotope : c'est une question de principe. Quant à parler de croissance ou de développement durable, je trouve cela niais. Bientôt, il ne restera plus rien à gratter.La première mesure serait donc la décroissance démographique. Même 6 milliards d'humains, c'est déjà trop ! Mais pour le libéralisme et sa croissance forcenée, plus il y a de bouches à nourrir et à faire consommer, plus c'est génial bon ! De la pure folie !  Je plaide en faveur d'une décroissance. Par exemple, la France à 40 millions d'habitants serait beaucoup plus écologique et plus heureuse. Les villes tentaculaires se désengorgeraient et chacun vivrait mieux.