Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 00:00
Un modèle informatique du cerveau

    Il se développe à l'heure actuelle tout un vocabulaire à propos d'une quête nouvelle au sujet du fonctionnement du cerveau des humains : sciences cognitives, psychologie cognitive, cognitivisme, connexionnisme etc...
Il est vrai que trop longtemps, des psychologues aussi rigoureux que Jean Piaget se sont contentés de noter scrupuleusement ce qui se passait à l'entrée et à la sortie de la boîte noire que constitue le cerveau.

     Dans ses entretiens avec François Azouvi & Sylvain Piron, répondant à la question,

De quel côté, selon vous, peut venir aujourd'hui ou demain le renouvellement de la psychanalyse ? Du cognitivisme ?

Marcel Gauchet* déclare : 

"Je reste assez sceptique, en l'état actuel, sur la portée de ce qui nous est proposé sous le nom de cognitivisme. Énormément de bruit pour pas grand chose. Je suis prêt à penser, cela dit, que ce mouvement aura de profondes retombées. Pas celles qu'on croit. Mais la comparaison entre le cerveau humain et l'ordinateur me semble ponctuellement très féconde. Je suis sûr qu'on écrira un jour un grand livre expliquant en quoi le cerveau humain n'est pas un ordinateur et fonctionne autrement, en dépit de ses aspects computationnels.
Il y a à ce scepticisme un motif de méthode. Je ne crois pas beaucoup à la psychologie normale. L'esprit humain est une machine tellement compliquée, opaque et surprenante que, si on l'approche en bloc, on ne voit pas grand chose. En revanche, quand on l'aborde à partir de ses défaillances, on peut entrer dans l'intimité de son fonctionnement. La voie royale pour avancer dans sa connaissance, c'est la pathologie. De ce point de vue, je crois qu'on peut fonder de légitimes espoirs sur la neuropsychologie clinique, et en particulier sur l'étude des aphasies. À côté des névroses et des psychoses, il y a là un continent pathologique qui est susceptible de renouveler profondément notre compréhension de l'architecture et des mécanismes de l'esprit. L'équivalent pour le XXIè siècle de ce que le freudisme a été pour le XXè peut sortir de l'analyse des pathologies de fonctionnement langagier." [......]

(La condition historique Stock 2003  p. 211-212)

    Je dois dire que si je suis assez globalement d'accord avec ce que dit Gauchet à ce sujet, j'ai néanmoins quelques petites divergences de détail par rapport à ce qu'il conjecture.
     Cognitivisme, psychologie cognitive, toutes ces étiquettes, semblables à celle de "sciences de l'éducation", ne font que récupérer une discipline qui, elle, est rigoureusement une science : les neurosciences (neurobiologie, neurophysiologie). Ce qui aura des retombées réelles grâce aux progrès de l'imagerie médicale notamment mais aussi de la micro-chirurgie cérébrale, ce sont les applications des neurosciences elles-mêmes, pas les inférences en "psychologie". L'IRMf et la caméra à positons (TEP) feront davantage avancer nos connaissances sur le fonctionnement du cerveau que les spéculations psychologiques qui en découleraient.

     Si on veut bien utiliser comme outil intellectuel spéculatif un modèle computationnel du cerveau, je suis actuellement entièrement d'accord pour cela tout durant qu'on n'aura pas un modèle technologique plus évolué, puisqu'aussi bien il s'agit d'un organe chargé du traitement de l'information, de la régulation et de la prise de décision.
     En fait, mieux qu'un seul ordinateur, c'est l'équivalent d'un réseau de réseaux informatiques interconnectés au sein desquels chaque réseau est spécialisé dans une tâche bien spécifique, les aires préfrontales et frontales du néocortex jouant le rôle du coordinateur ou du chef d'orchestre alors que le système limbique assure la fonction émotionnelle et énergétique de l'ensemble du système (avec un rôle fondamental dévolu à l'amygdale.)
     Selon ce modèle computationnel, connexionniste, mais également systémique, le cerveau humain (système nerveux central) est l'un des systèmes intelligents contenus dans l'ensemble du corpus de l'être Homo sapiens sapiens (système osseux, musculaire, articulaire, digestif, cardio-vasculaire, endocrinien, lymphatique etc...) système qui est doté de périphériques (vision, ouïe, olfaction, goût, toucher) et qui teste en permanence l'environnement naturel (biotope) et humain (société) en vue d'adapter ses décisions/choix aux tests effectués, en renforçant à chaque fois qu'il progresse (test réussi) la pertinence de ses processus conscients ou non-conscients. Mais c'est la véritable unité centrale de l'ensemble des systèmes associés.

     Il est vrai que, comme le souligne Marcel Gauchet, pour la connaissance plus pointue de ce système intelligent, les pathologies ont été et seront encore d'un secours terriblement éclairant dans les particularités fonctionnelles locales de telle ou telle zone. S'agissant des troubles ou pathologies plus lourdes du langage, en dehors des aires incontournables que sont celle de Broca et de Wernicke, on commence à rétablir des vérités qui avaient été dévoyées (comme pour la dyslexie ou l'autisme). On est en mesure de repérer sérieusement les anomalies de "câblage" (Cf Pr Michel Habib) qui en sont à l'origine et les hypothèses de Bruno Bettelheim, largement et complaisamment répandues, n'ont plus guère cours en 2005.

* Marcel Gauchet, un des tout premiers penseurs français actuels
     (J'aime beaucoup cet article du Point qui décrit si bien Marcel.)

Ce que je crois, c'est que, bien au-delà des pathologies, on sera capables (et on est déjà en mesure de le faire) de suivre à la trace les processus normaux des activités intellectuelles courantes comme lire, parler, écouter, calculer, mémoriser, reproduire etc...
Et cette nouvelle cartographie du normalement normal nous donnera des indications précieuses sur l'origine des pathologies du langage ou de la mémoire (lésions physiques ou traumatismes psychiques.)
L'image « http://idata.over-blog.com/0/13/42/39/langage.jpg » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.

Voir par exemple les travaux de l'équipe de Stanislas Dehaene :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

benp 08/08/2006 16:06

Sans être un équivalent de l'ordinateur, il faut garder en tête que le model information du traitement de l'information nous a permis de faire des avancés en sciences cognitives plus précisément en intelligence artificielle. Malgré tout je suis d'accord qu'il faut se méfier des liens trop direct avec les ordinateurs. Notre cerveau est trop complexe pour y être réduit.

Joël 26/07/2006 13:58

Il semble que nos blogosphéres ne se sont point encore rencontrés et pourtant nous avons des centres d\\\'intéret communs:
http://perinet.blogspirit.com/archive/2006/03/05/zetetique.html
http://blogs.zdnet.fr/index.php/2006/03/05/memetique/

Viviane 04/07/2006 10:48

j'ai été lire l'article du Monde et ai vérifié sur mon carnet de chèques;c'est effrayant....on est manipulés à ce point?mais alors c'est que l'on sait déjà comment fonctionne notre cerveau.je n'ai pas téléchargé le texte de cette équipe mais vais le lire avec avidité.Hé bé...

Merlin des MÚmes 06/07/2006 21:36

Pas "à ce point"  Viviane. Bien plus que ça !Et l'instrument privilégié de la manipulation, tant dans les événements banals quotidiens que dans les rendez-vous très importants (comme les échéances électorales) c'est la télévision (privée & publique associées) par les procédés du subliminal mais aussi & surtout ceux de la redondance (notamment publicitaire) qui fait entrer le message de force dans le crâne des téléspectateurs passifs et dociles.C'est le principal vecteur des manipulations mentales, mais il y en a bien d'autres comme tu l'as remarqué toi-même.

Russalka 27/06/2006 08:52

Plus tard, j'irai à tête reposée lire les articles que tu  nous offres en lien, mais d'ores et déjà, jepeux dire , et de connaisssance intime , intérieure, que l'on ne connait pas effectivement les ressources du cerveau et que c'est un réseau;Lorsqu'on a diagnostiqué ma sclérose en plaques, les neurologues ne me donnaient pas dix ans de survie (je leur avais demandé car ma petite de trois ans, j'avais envie de savoir de combien d etemps je disposais pour l'élever) Je me suisbattue, me remettant à la philo et intensément à la gym douce d'abord puis plus... musclée au fur et à mesure que je récupérais, et ai sans nul doute créé des connections nouvelles qui font qu'aujourd'hui je marche, parfois difficilement, mais je marche;oui, les médecins n'en croyaient pas leurs yeux, eux qui me prédisaient grabataire assez rapidement, je marche 13 ans plus tard;depuis on a appris que le cerveua continuait de fabriquer des neurones alors que la légende voulait qu'on n'en fabrique plus à partir de je ne sais quel âge.merci de ton article qui donne envie d'en savoir plus..

Merlin des MÚmes 29/06/2006 21:45

On commence à connaître de mieux en mieux les ressources du cerveau mais c'est un outil/organe tellement compliqué qu'on n'a pas fini d'en faire le tour...Oui il peut re-créer des connexions nouvelles et des aires de neurones entières peuvent être réaffectées à un nouvel usage, dans certaines conditions...On a dit au début des années 70 que le cerveau perdait des quantités de neurones chaque jour à partir de 18 ans. Il ne devrait plus m'en rester qu'un seul  dans ces conditions ! ;o)) Je vais essayer de m'en servir au mieux... LOL de MDR !Non, le cerveau est capable d'une plasticité étonnante malgré les spécialisations très pointues de quantité d'assemblées de neurones, parfois une poignée de neurones comme ceux qui reconnaissent les visages familiers.Une machine de notre époque simule tant bien que mal le fonctionnement du cerveau humain : c'est l'ordinateur ! Oh, on pourra sans doute l'améliorer beaucoup avant d'atteindre des types de fonctionnements aussi sophistiqués que celui du cerveau de notre cher Homo sapiens.Je publierai d'autres articles sur le fonctionnement du cerveau et son utilisation culturelle (stockage de mèmes oblige !)