Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 12:09

 

Nous n'avons pas de vidéo d'époque hélas ;o(( mais peut-être une indication avec Pierre HANTAÏ et son clavecin :

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin des mèmes - dans Mémétique appliquée
commenter cet article

commentaires

Viviane 14/06/2010 19:28



J'écoute avec émotion cette oeuvre mille fois écoutée, mille fois jouée, dont je connaissais les versions de Leonhardt et de Gould bien sûr.
On ne dira jamais assez à quel point la forme air et vaiation parle à l'intelligence humaine de ce qu'il peut construire à partir de ... " briques " simples mais tellement ouvertes que tout
devient possible, comme la vie.
C'est ma forme préférée, qu'elle se présente sous le nom de folia, d'aria et variation, de chaconne variée etc. J'y suis rassurée car la trame ( un mot que tu évoquais il y a peu) est sensible,
perceptible, solide, calme.
Hantaï me touche depuis des années car il est doué de cette simplicité qui fait les grands artistes, à l'égal d'un Scott Ross. Chez lui, aucune envie de se faire mousser avec une gestuelle
emphatique, d'ailleurs il parle bien d'économie de moyens.
Mais un sens aigu du phrasé, de la balance entre staccato, louré et legato. D'ailleurs jamais aussi sensible chez lui que dans les formes en canon, où les deux mais parfois sur le fil savent
décliner les phrases au juste poids. j'ai été très sensible à la si difficile variation en forme de sicilienne. Il en fait quelque chose de léger et dansant sans sautillement excessif, sans ces
silences d'articulation qui devenaient des tics chez le grand Gustav Leonhardt. Et puis la lenteur... Magnifique et pensée.
Quel dommage que une fois de plus la journaliste accorde davantage de temps à ce prétentieux de Sollers alors que le musicien avait (portait) tant à dire...
merci merci du cadeau . Bach? Ma nourriture à jamais.



Merlin des mèmes 14/06/2010 22:00



Oui, moi aussi j'aime profondément cette oeuvre et j'apprécie les interprétations de Leonhardt et de Gould comme toi tout autant que celle de Scott ROSS que
j'ai eu l'occasion d'entendre mais que je ne retrouve plus. Elle était fantastique ! Et puis Claire MELCHIORI a proposé celle de Zhu Xiao-Mei à Nantes qui est très intériorisée et très belle
aussi. Puis j'ai pensé que tout cela avait été écrit pour le clavecin et j'ai entendu quelques sonorités de Veyron-Lacroix, de Trevor PINNOCK, mais aussi de HANTAÏ qui m'a toujours interpellé par
sa simplcité apparente.


Je crois que HANTAÏ COMME Scott ROSS ont su retrouver la simplicté et le style de l'époque de Bach ou de Scarlatti. Enfin, je perçois leur manière d'être
dans cette perspective, chacun avec ses particularités.