Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 17:42

 « Le mur, ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme »

en intégralité sur Nemesis TV

(censuré sur You Tube et Dailymotion) Merci à Paul TRÉHIN

 

Lire aussi le blog de Michel Onfray à ce sujet :

Sur le blog de Michel Onfray

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin - dans Drames humains
commenter cet article

commentaires

Viviane 14/11/2011 18:30



Ces deux dernières vidéos apportent enfin un peu de sérénité pour contrebalancer le déballage pseudo- savant qui a précédé et c'est bien!
Très intéressant  rappel de la fonction du regard dans les relations sociales, masquées par le verbe ( et d'une manière générale du langage non verbal tellement signifiant pour qui veut y
prêter attention et qui fait tant défaut aux autistes)
On peut donc dire merci aux progrès de l'investigation médicale et de l'imagerie. Je découvre cette notion de sillon temporal supérieur engagé également dans la perception de la voix . Ainsi
l'analyse fine que nous faisons d'une voix reconnue comme humaine se "travaillerait" dès la naissance" et bien longtemps après et elle est assez tôt dans lenfance de 'lautiste un espace
incompréhensible car non reconnu comme voix? Je suis époustouflée de l'inventivité des tests de dépistage et en même de temps de leur simplicité.
Merci de ces temps qui confortent dans l'idée que la psychanalyse peut aussi faire du mal.



Viviane 13/11/2011 10:13



Je reposte le second en me demandant ce qui s'est passé, je voulais faire le corps des lettres jaune et c'est le fond qui a changé de couleur ;o((



Vidéo 2/
Ah ça c'est fort quand même, d'emblée dès la deuxième vidéo, c'est Bettelheim la victime...
Quand même leur corps parle une certaine gêne à tous ces psys, non? C'est fou cet entêtement!
O my god, l'enfant pense qu'il est un substitut à l'absence de pénis maternel? Il le pense vraiment? Il a conscience de cela?
Et on retrouve à chaque fois que c'est le père qui a fondé la culture quand la mère est du côté de la nature, je 'nai jamais entendu de tels propos antiféministes et me demande ce que font les
Chiennes de garde. Bien sûr qu'il y a du plaisir qui circule entre la mère et l'enfant, mais ce n'est pas du plaisir sexuel, c'est ce qui permet à l'enfant de sentir qu'il existe, quelles sont
ses limites, ce qui le réchauffe, le nourrit, le protège. Ils sont malades ces psychanalystes! Comment peut-il ne pas y avoir de corps à corps entre mère et enfant. Il faut vraiment n'avoir
jamais tenu un nourrisson dans ses bras pour dire des inepties pareilles.

ce qui interpelle, c'est qu'ils font reposer leur convictions sur La Littérature et non sur leur propre questionnement.

La disposition maternelle qui serait spontanément incestueuse, n'est ce pas une manière un peu rapide donc tordue de confondre amour et inceste?
Je ne dirai pas bien sûr ce que m'inspire le visage et les mimiques de ces personnes pour la plupart, la manière dont ils se mettent en scène ( couleurs des fauteuils, vêtements soit théatraux,
soit infantilisants, sourire qui tue, regard fixe, etc il y aurait matière à véritable étude comportementale et du langage non verbal. La loi de la mère est une loi de caprice??? Ai je bien
compris ? Je suis ahurie... Je reviendrai demain, c'est de plus en plus édifiant, outre les digressions sur le placenta qui promettent une suite de repas... étonnant



Viviane 13/11/2011 10:10



Je continue l'écoute, vidéo 3. D'emblée et de la part de Naouri la mise en relation de la fonction placentaire et celle patriarcale prête à préférer sourire que pleurer comme y incline la fatuité
du propos... Ce qui est très curieux quand on écoute ces savants est qu'ils ne parlent que de LEUR attitude psychanalytique, jamais de l'enfant autiste.
Et cette absence de conscience que, puisqu'ils n'attendent rien comme résultats, c'est peut-être que la thérapie psy est... totalement inutile! Hé oui, ils sont bien gênés quand on les questionne
sur le résultat... Hé oui, on en vient toujours aux thérapies cognitives qui mettent rudement en danger les théories freudiennes. Forcément! La bonne nouvelle étant de mon point de vue que l'on
renonce définitivement aux lubies créées par Freud. Mais c'est une telle rente pour ceux qui vivent de la naïveté d'autrui et de la volonté de puissance du thérapeute sur son patient et sur la
durée. Je regarde ce jeune autiste qui ne parle pas et n'est pas autonome faute de structures pour l'accueillir qui le feraient progresser. La beauté de son regard, empreint de tristesse, son
sourire très doux m'émeuvent profondément.



Viviane 11/11/2011 21:46



Vidéo 2/


Ah ça c'est fort quand même, d'emblée dès la deuxième vidéo, c'est Bettelheim la victime...
Quand même leur corps parle une certaine gêne à tous ces psys, non? C'est fou cet entêtement!
O my god, l'enfant pense qu'il est un substitut à l'absence de pénis maternel? Il le pense vraiment? Il a conscience de
cela?
Et on retrouve à chaque fois que c'est le père qui a fondé la culture quand la mère est du côté de la nature, je 'nai jamais
entendu de tels propos antiféministes et me demande ce que font les Chiennes de garde. Bien sûr qu'il y a du plaisir qui circule entre la mère et l'enfant, mais ce n'est pas du plaisir sexuel,
c'est ce qui permet à l'enfant de sentir qu'il existe, quelles sont ses limites, ce qui le réchauffe, le nourrit, le protège. Ils sont malades ces psychanalystes! Comment peut-il ne pas y avoir
de corps à corps entre mère et enfant. Il faut vraiment n'avoir jamais tenu un nourrisson dans ses bras pour dire des inepties pareilles.

ce qui interpelle, c'est qu'ils font reposer leur convictions sur La Littérature et non sur leur propre
questionnement.

La disposition maternelle qui serait spontanément incestueuse, n'est ce pas une manière un peu rapide donc tordue de confondre
amour et inceste?
Je ne dirai pas bien sûr ce que m'inspire le visage et les mimiques de ces personnes pour la plupart, la manière dont ils se
mettent en scène ( couleurs des fauteuils, vêtements soit théatraux, soit infantilisants, sourire qui tue, regard fixe, etc il y aurait matière à véritable étude comportementale et du langage non
verbal. La loi de la mère est une loi de caprice??? Ai je bien compris ? Je suis ahurie... Je reviendrai demain, c'est de plus en plus édifiant, outre les digressions sur le placenta qui
promettent une suite de repas... étonnant;



Viviane 11/11/2011 09:38



Je suis en train d'écouter la première vidéo ( je les commenterai une par une car elles sont longues et riches et je veux prendre les choses au fur et à
mesure). Je suis terrassée par le simplisme du discours ( les dents de la mer, la mère crocodile etc)
Quelle tristesse de voir le contraste en l'enfant joyeux qui communique et celui qui ne parle pas mais dont on sent qu'il a perçu le sens profond du
discours( et peut être ne peut l'exprimer?) Et puis tout de suite cette condamnation des femmes!!! Je trouve gonflé de tirer des lois de cause à effet entre dépression maternelle et autisme sans
une étude qui valide cette théorie. C'est tout le contraire d'une démarche scientifique. Comment font ces gens pour ne pas se poser les bonnes questions?  Et même Naouri se met  de la
partie? Alors là je suis déçue!

Que l'enfant soit perturbé par le stress de sa maman, l'alcool qu'elle ingère ou les maladies qu'elle subit, cela semble une évidence mais faire se rejoindre
les données physiologiques et anthropologiques ( rejet du père, Non au non dans la lignée de la novlangue lacanienne, ) c'est d'un ridicule achevé! Mais enfin ces gens là ne sont pas
capables d'acheter des bouquins qui les renseignent sur les données physiologiques de cette maladie? Tout mettre sur la volonté de la mère d'évincer le père et les troubles qui s'ensuivent de
cette fermeture au monde symbolique? mais c'est d'un machisme incroyable!!! c'est donc le sexe mâle qui est porteur de l'accès au langage? Et alors "la langue maternelle", ça veut dire quoi? Je
suis scandalisée par ce que j'entends.

Et puis quel courage de la part des parents d'affronter cela. Et avec " l'aide " de psys obsédés par la maladie du langage et qui ne se demandent même pas,
en ce siècle où l'imagerie médicale permet de mieux connaître les territoires du langage et de la mémoire et des affects dans notre cerveau " N' y a t il pas une cause biologique à cette absence
au langage? ". Ce n'est pas non plus la première fois que je rmarque chez ces enfants ( j'en ai croisé quelques uns dans ma région) une malformation au niveau des genoux qui les fait courir d'une
manière très particulière, peut-être y a t il des malformations squelettiques  associées?

Je reviendrai ce soir écouter la deuxième vidéo, c'est vraiment très édifiant...