Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 08:29

 

Les barricades Mystérieuses de François Couperin

(Cet article peut nous introduire dans le monde de Couperin...)


Mais pour se retrouver mieux dans le climat et dans l'époque, voici une page tout à fait indiquée :

Musique, Peinture, Poésie, Penser * 29 * François Couperin


Alors, quel est le mystère de ce fameux rondeau au "style brisé" qui a intrigué tant d'interprètes ?



Une interprétation assez sobre, fidèle, mais sans génie. Bon son de clavecin néanmoins.





Très beau clavecin de sonorités un peu graves. Interprétation vivace mais sans beaucoup d'âme...

 

Quatre parmi les plus belles interprétations que l'on ait pu entendre dans les 25 dernières années :


Blandine VERLET, Scott ROSS, Kenneth GILBERT & Trevor PINNOCK
(Ne faites pas attention à la photo de la jeune femme !)

 

Et puis, au milieu d'une dizaine de clavecinistes de très bon niveau, on trouve Elaine COMPARONE, une Américaine qui a décidé de jouer ce rondeau différemment :

" We are dealing with music that comes alive through an artist's interpretation. Who now living could possibly exactly how Couperin intended this piece to be played. His only indication_ is "vivement". Most of the interpretations I hear strike me as too fast or rushed. I like it to sound more mellow."

Ou encore

"As to the inégalité, I justify my choice with Couperin's own words:
...we write a thing differently from the way in which_ we execute it... For instance, we dot several consecutive quavers in diatonic succession, and yet we write them as equal... The passages where I use that effect fit his description and alternate with parts that imitate lute writing (stile brisé). To me, this approach enlivens the melody and maintains the inner pulse of the music."

Mais, le mieux est d'écouter...


Elaine COMPARONE : les baricades mistérieuses de François COUPERIN.


Ah, si. La partition ?


Hanneke van Proosdij  joue les barricades, sans mystères...

Partager cet article

Repost 0
Published by Merlin le zététicien des Mèmes - dans Mémétique appliquée
commenter cet article

commentaires

Guy 18/12/2010 15:25



bonjour il éxiste une interprétation interessante des baricades mystèrieuses par Davitt Moroney , on peut l'écouter sur youtube aussi


elle est enjouée , et le son fantastique je laisse le lien avec votre pérmission


 


http://www.youtube.com/watch?v=jXWCO8jHBYk


 


cordialement


 


 



Simon Evnine 21/10/2010 23:53



Merci. Very interesting. Here are some references to the piece in later writers and musicians.



Jipé 25/10/2010 10:05



Merci beaucoup Simon. J'aime ces barricades et leur mystère.



Viviane 28/02/2010 23:47


Mais que c'est chouette ! quelle super surprise avec une oeuvre que j'aime entre toutes...
Alors, voici le fruit de mon écoute

première interprétation: honnête et propre

deuxième: trop scolaire et rapide, le vivace indiqué sur la partition ne correspond pas à un vivace d'aujourd'hui

Blandine Verlet: fabuleuse dans son rubato, même si j'aurais aimé un bel arpège pour finir et si la couleur de son instrument ne me touche pas. je trouve quand même qu'elle donne une vie
extraordinaire à cette oeuvre.

Ross: Belle sonorité étoffée mais trop recto tono pour moi alors que j'adore ce claveciniste habituellement

Gilbert: Les césures qu'il faut, un phrasé très intelligent, parfois un peu trop lent et lourd en certains passages mais je le trouve très convaincant ne serait ce que parce qu'il fait sonner les
différents registres

Pinnock: Trop précipité ! On dirait que le tram l'attend! Alors que c'est plein de poésie cette partition...

Comparone: c'est très très intéressant, très vivant, une vraie recherche, quoique le tempo soit pour moi un iota trop lent.
je regrette toujours que dans le dernier couplet on ne fasse pas davantage entendre la merveilleuse ligne d e la main gauche qui est si interrogative. Sympa la fin, sympa cette
interprétation...

Proosdij: là encore un son de clavecin qui me plait, sombre comme il convient à l'oeuvre, mais les ornements ne sont pas assez  sensuellement déroulés. Par contre il fait remarquablement
sonner la basse. Mais tout cela n'est pas conduit avec " suspense ", comme le fait Verlet.

Voici une interprétation de Rebecca Jablonsky au piano, malheureusement enregistrement empâté mais j'aime assez ce qu'elle fait

et une de Luc Beauséjour au clavecin que
je trouve parfait, dans le bon tempo, phras" rigoureux et ligne très poétique même si là encore me manque une main gauche que l'on fait peut-être mieux ressortir au piano?
En tous cas, merci de ce complément, la musique, c'est formidable et pouvoir comparer les interprétations d'une oeuvre, c'est un grand moment dans une vie dans la mienne en tous cas...
Bisous et merci encore!


Merlin des barricades 01/03/2010 17:44




Merci de ta très pertinente analyse Viviane.
Mon avis de Béotien est très proche du tien qui est celui d'une spécialiste.


Ce qui est extraordinairement chouette c'est que l'on peut écouter sur YouTube & DailyMotion quantité d'interprétations des
barricades mystérieuses. Et il y en a de très bonnes ! Voire excellentes...


Oui, la #1 est propre avec une sonorité de clavecin et un mécanisme qui me plaisent. L'interprète est moyen mais sérieux.

La #2 est incontestement trop rapide, sans implication personnelle, dépourvue de sensibilité propre.

La #3, celle de Blandine VERLET, est tout à fait remarquable : la clavecinisme se donne dans l'oeuvre car elle est émotionnellement très impliquée. J'aime
!


Dans la #4, Scott ROSS est un peu trop éclectique, voire académique alors qu'il nous avait montré, sur le clavecin de la Villa Médicis une inoubliable
manière de le jouer, en respectant le "style cassé", en jouant sur un léger décalage entre les basses et la main droite. Mais la vidéo qui était sur mon blog a été effacée, comme toutes les
autres. ;o((

La #5, Kenneth GILBERT est excellent et j'aime quand il ralentit pour faire sonner son clavecin et pour mieux faire rebondir le rondeau. J'aime aussi
!

La #6, j'aime bien Trevor PINNOCK comme chef d'orchestre mais là c'est vrai, il se précipite et son clavecin perd des harmoniques sonnantes en cours de
route.

La #7, Elaine COMPARONE fait preuve d'une grande créativité : elle joue debout comme on le faisait à l'époque et aussi peut-être pour des problèmes de
colonne vertébrale. Mais elle prend les indications de COUPERIN au pied de la lettre ce qu'il fait qu'elle joue certains passages de manière très syncopée, donnant à la pièce mystérieuse, un
swing très original et plutôt bienvenu. J'aime l'audace de cette interprétation ! Et il faut voir comme COMPARONE joue Scarlatti... Merveille !

La #8 Hanneke PROOSDIJ est très bien aussi : elle respecte la partition. Agréable à écouter... Mais comme toi, je préfère Blandine VERLET.

  Rebecca Jablonsky
au piano, j'aime bien les barricades comme ça au piano.


Luc Beauséjour au clavecin  Très bon claveciniste. Tu l'avais mis dans ton article si ma mémoire ne me joue pas de tours. Mais je lui préfère d'un rien VERLET. Le clavecin utilisé compte beaucoup aussi
pour moi.





Lélio 28/02/2010 19:45


C'est gentil de nous donner un prolongement musical choisi de l'article que tu cites à l'entrée du tien.
Voilà de quoi décrisper mes temps de travail sur l'ordinateur.
Merci Jean-Pierre


Merlin le zététicien des Mèmes 28/02/2010 22:10


Je suis ravi de te décrisper alors que tu travailles.
J'adore écouter les multiples interprétations qui ont été faites de ces oeuvres que j'aime tant (avec la HI FI de mon iMac et en plein écran pour les vidéos convenables.)
Merci de ton retour Lélio.